Forum

Fil d’Ariane du forum – Vous êtes ici :ForumGénéral: Retour de lectureÉcriture exclusive
Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

Écriture exclusive

Notre ami J-M, sur la liste de discussion "tmedia", attire notre attention sur une tribune parue dans Marianne (voir doc ci-joint) à propos de "l'écriture inclusive". Cette tribune est signée par plus d'une vingtaine de linguistes dont un médiationniste que les lecteurs retrouveront sans peine dans la liste des signataires.

Cette tribune arrive à temps, ou peut-être trop tard dans la mesure où des universités françaises, souvent en avance d'une idée saugrenue, semblent avoir adopté cette complication exclusive de l'orthographie du Français.

Quoi qu'il en soit, il était temps que les linguistes s'intéressent à ce phénomène relevant de la volonté politique de minorités agissantes et témoignant à tout le moins d'une ignorance totale des faits de langue et de leurs conséquences en matière d'orthographie.

Constatons que certains documents en deviennent illisibles et profondément agaçants. Quelquefois ils en deviennent cocasses telle cette perle que j'ai relevée dans un document de la mutuelle des étudiants (LMDE) datant de 2019 : "Les adhéren.te.s sont appelé.e.s à voter tou.te.s les deux ans". Belle performance ! Ou bien les scribes ne se relisent pas ou bien ils sont incapables de lire leur propre cacographie destinée aux étudiants. Je pense que quelque pathologie se cache derrière le phénomène.

Le logiciel WORD comporte une option "écriture inclusive" à son correcteur d'orthographe (inutile de préciser que je l'ai éliminée illico de ma version de Word).

Il importe de rappeler comme le font les linguistes signataires de la tribune que les mots sont asexués et n'ont que du genre, arbitraire et sans doute dénué de toute considération "patriarcale"; j'ajoute que les êtres sexués, eux, y compris Homo Sapiens n'ont pas de genre, sauf dans la langue mais, comme on dit, il est inutile de mettre le mot "fromage" au réfrigérateur, car il ne se gâte pas.

Cela dit, il me semble très utile d'approfondir l'analyse, de comprendre ce que dissimule le phénomène, notamment en sociolinguistique et en sociologie pure. Nous avons parmi nous des linguistes et des sociologues. Qui veut s'y employer ?

Fichiers téléversés :